CRISE COVID-19 : POUR PROMOFROID LA SORTIE DE CRISE PASSERA PAR L'ENGAGEMENT, LA QUALITÉ ET LA PROXIMITÉ

Dans cette période de crise inédite, les PME françaises font face à de multiples obstacles (sanitaires, économiques et réglementaires) qui évoluent de jour en jour. Sécuriser leurs équipes, maintenir la production, livrer leurs clients pour nourrir les français…elles sont sur tous les fronts et inventent de nouvelles solidarités. Soutenez-les PME françaises plus que jamais !

Pierre de Chamerlat, directeur de PROMOFROID, entreprise de location de matériels froids et surgelés basé en Occitanie, Nouvelle Aquitaine témoigne :

FEEF : Quelles actions avez-vous mises en œuvre face à la crise ?

Pierre de Chamerlat : La 1ère action a été de mesurer l’impact immédiat et à moyen terme du confinement pour notre entreprise. Nous travaillons principalement avec les super et hypermarchés du grand sud-ouest. L’effet immédiat de la crise a été l’annulation des opérations programmées entre mi mars et fin avril. Le second effet de la crise est de retarder la mise en place en magasin des opérations promotionnelles estivales. Coup dur pour nous quand on sait que cela représente 50% de notre CA !

La 2ème action a été de décider de poursuivre notre activité – même au ralenti, pour 3 raisons :

  • Assurer le service client en toute circonstance pour ne pas occasionner de rupture (SAV, livraison/reprise des matériels…),
  • Garder une dynamique en interne : motiver ses collaborateurs et préparer déjà le redémarrage !
  • Profiter de ce temps « hors du temps » pour faire autre chose : traiter des sujets de fond (réorganisation des entrepôts, mise à jour des procédures,…) et ne pas rester « auto-centré » en menant des actions solidaires,

    La 3ème action a été bien sûr de se préserver et préserver notre entourage du COVID19 : mise en place d’un Plan de Continuité d’Activité (PCA) en collaboration avec la médecine du travail, roulement des équipes…

FEEF : Quels sont les problèmes majeurs que vous rencontrez ?

PdC : Le 1è problème est une baisse du CA, qui va engendrer demain des soucis de trésorerie, sans compter les éventuels impayés à venir…
Le 2ème problème est la désorganisation brutale de notre travail quotidien : un rythme de travail erratique, des flux logistiques moins rentables, la difficulté de prendre des décisions par manque de visibilité…
Le 3ème problème est la fermeture de certains fournisseurs qui bloque ou retarde notre approvisionnement de marchandises (pièces détachées,…).

FEEF : Selon vous, y’aura-t-il un avant et un après cette crise ?

PdC : Un grand OUI…et je souhaite que cette crise remette quelques pendules à l’heure. C’est une bonne occasion de remettre en cause nos propres entreprises : après tout, c’est bien la 1ère mission d’un « dirigeant », et les PME/TPE peuvent montrer l’exemple car c’est déjà dans leurs gênes !
D’ une part, j’ai beaucoup de respect pour la mission d’acheteur (en tant que DG, je suis forcément un acheteur) mais le temps du rapport de force court-termiste client/fournisseur est derrière nous, n’en déplaise aux mauvaises habitudes !
D’autre part, la solidarité sera nécessaire pour que toute la chaine de valeur autour de la grande distribution alimentaire se relève vite et fort.

Enfin, la situation actuelle est déjà un plébiscite pour 3 valeurs fortes : l’engagement, la qualité et la proximité.
Ce sont les acteurs les plus solidaires, agiles et proches de leurs clients et de leurs fournisseurs qui s’en sortiront le mieux. La démarche RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) est pour moi le concentré de tout cela !