Election présidentielle : les entrepreneurs soutiennent les propositions de la FEEF

La FEEF présente ses propositions pour la réussite des PME des Territoires

Comment construire la France indépendante et industrielle de demain ?
Pour la FEEF, le prochain quinquennat devra s’appuyer sur les PME des Territoires qui irriguent le tissu économique et social de la France et sont garantes de notre souveraineté industrielle et alimentaire. Un choix gagnant sachant que les PME ont la confiance des citoyens en raison de leur dimension humaine et de proximité.

Lire nos propositions

Proposition 02/12

« La crise sanitaire a mis en évidence notre forte dépendance sur certains produits importés. Ainsi, nous découvrons ou redécouvrons les nombreux bienfaits et l’impérieuse nécessité d’une industrie nationale, raisonnée et tournée vers l’avenir. Les consommateurs ne s’y trompent pas, plébiscitant les produits fabriqués sur nos territoires, conscients des impacts favorables multiples de cette relocalisation : aménagement du territoire, qualité des produits, créations d’emplois, balance du commerce extérieur etc…

Aussi, il est crucial de réduire massivement la fiscalité de production, en particulier celle qui pèse sur la compétitivité et la productivité des PME françaises. Ces impôts frappent la production de biens et de services, l’emploi de main-d’œuvre et la propriété ou l’utilisation de terrains, de bâtiments et d’autres actifs utilisés à des fins de production. Ils sont dus indépendamment de la réalisation de bénéfices d’exploitation, et agissent comme des coûts fixes. Dans ce cadre, je soutiens la demande de la FEEF qui est de supprimer la CVAE (cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises). Cette mesure allégerait la charge fiscale supportée par les PME industrielles et stimulerait leurs investissements et leurs exportations. »
Guillaume FIEVET, Directeur Général du Groupe PRODEF, Président de la Savonnerie du Midi

Proposition 03/12

« Pour injecter 71% de l’économie dans les moteurs de la croissance en France : R&D, Innovation , production et 29% dans le développement de l’export grâce à nos produits de qualité made in France ! »
Richard LEROSEY, Directeur général, Heritage

Proposition 04/12

« Les PME industrielles françaises sont garantes de la souveraineté alimentaire, d’emplois et d’innovations mais aussi du rayonnement à l’étranger d’un savoir-faire à la française.

La stratégie de reconquête par l’innovation et la création de start up industrielles implique nécessairement la mise en place de dispositifs de financements en fonds propres, ou prêts industrialisation et ce afin de palier à la faiblesse du corporate venture en France.

Sans cela la réindustrialisation reste incantatoire et consisterait à sanctuariser la prime aux multinationales qui ont un accès beaucoup plus simple aux financements mais un déficit d’innovation. »

Pour ces raisons je soutiens la Feef et sa proposition de créer un UN FONDS D’INVESTISSEMENT DESTINÉ AUX PME/ETI INDUSTRIELLES INDÉPENDANTES GÉRÉ PAR BPIFRANCE ET LES RÉGIONS.
Tom FRANCOIS, Président, Hermes boissons

Proposition 06/12

 » La part de l’industrie dans la richesse nationale et la répartition des emplois se sont effondrées ces dernières années.

La classe politique a largement capitulé dans la bataille internationale, au point que nombre de nos dirigeants assument la désindustrialisation comme une « reconversion ».

Si bien qu’aujourd’hui, il n’existe pratiquement plus que deux types d’entreprises : les TPE/PME du domaine tertiaire à 90% et les multinationales (souvent médiatisées mais de moins en moins présentes sur notre territoire).

Une réaction est encore possible et elle passe inexorablement par une relance des investissements. Le surplus d’épargne en France a atteint presque 300 milliards d’euros à la fin de l’année 2021. Réduire l’impôt sur le revenu de 50% du montant investi serait une première étape pour remettre le pied à l’étrier des belles PME que nous avons encore en France et qui en ont plus que jamais besoin, notamment pour renforcer leurs fonds propres.

Cela permettrait également de sensibiliser et de responsabiliser les ménages qui investiraient et donc soutiendraient par différent biais ces PME.

Seules nos PME peuvent soutenir une croissance durable, créatrice d’emplois et de valeur ajoutée, capable aussi de financer notre modèle social, notre transition écologique et nos services publics sans pressuriser encore le secteur privé. Seule la réindustrialisation peut sauver nos territoires, à commencer par ceux de la France périphérique. »
Remy GROUSSARD, Dirigeant, bonbec Show.

Proposition 07/12

« L’ancrage territorial d’une entreprise dans le temps est directement lié à la bonne transmission de cet outil de travail créateur d’emplois. Transmettre, ce n’est pas s’enrichir. L’exonération de droits liée à une durée de détention longue est un gage de pérennité pour tous : salariés, fournisseurs, clients. »
Loïc Hénaff, Président – Directeur général, Jean Hénaff SA


« Une entreprise familiale ce sont des équipes impliquées, un ancrage local fort, une pérennité dans le temps. La transmission par donation ou succession à la génération suivante n’est pas signe d’enrichissement mais obligation d’engagement de la part de celui qui reçoit à poursuivre dans le respect de ces valeurs.
A ce titre les transmissions ne doivent pas être taxées mais facilitées et donc exonérée à 100% en cas de détention longue. »
Bruno Giffard, Président, Giffard.

Proposition 09/12

« Nos PME-PMI sont au cœur du développement économique de notre Pays : ce sont elles qui créent valeur ajoutée et emplois. Tous le monde les connait et les aime! Elles méritent donc d’être mieux traitées, mieux protégées, mieux accompagnées dans leur développement.

Elles méritent donc un traitement différencié en droit économique, fiscal et patrimonial afin d’être mises à leur juste place. La création d’un statut de l’entreprise à Valeur Humaine, voire à Valeurs Humaines, portée par la FEEF, doit leurs permettre d’accélérer leur développement et d’assurer leur pérennité d’une génération à l’autre.

Ce sera un statut innovant, porteur de sens et d’une véritable mission de croissance économique au profit de toute la société et de notre Pays.»
Yves FAURE  Président d’Agro’Novae Industrie

Proposition 10/12

 » Pour la liberté du tarif !
Les lois EGALIM 1 et EGALIM 2 sont des lois qui nous infantilisent.
En souhaitant encadrer les négociations commerciales elles ne font que les rendre plus complexes et nauséabondes.
Et ce toujours au service des grands groupes qui tirent parti de toutes les failles juridiques et de leur puissance pour améliorer leur rentabilité.

Il faut faire sauter les verrous, simplifier les lois, rendre le tarif des PME libres et les contreparties clairement identifiables.
Tout comme le plan d’affaire qui doit être un véritable socle des relations commerciales avec pour le client et le fournisseur des objectifs, des droits et des devoirs.

Cette condition est une condition sine qua non au bon équilibre des relations commerciales. »
Alexis VAILLANT, président-fondateur d’Alterfood.

« Il faut arriver à faire comprendre à tous les acteurs que le tarif est un élément essentiel de la souveraineté de l’entreprise et qu’il appartient uniquement à l’entreprise de le déterminer.

Tout le monde est gagnant dans cette approche.  La compétition entre les fournisseurs est telle qu’elle élimine de facto tout dérive ou abus de la part des fournisseurs.

C’est un texte simple à mettre en œuvre avec un simple amendement applicable de suite et bénéficiant à l’ensemble des filières : producteurs, industriels PME, Distributeurs, consommateur. »
Jean-Pierre BLANC, Directeur général de Cafés Malongo

Vous êtes adhérent FEEF et vous souhaitez soutenir une de nos propositions ? Envoyez votre verbatim à daubert@feef.org