Questions à Nicolas Dauve, Chargé de Recherche et Développement Emballage, Biocoop

LA FEEF : Quel est l’objectif général de Biocoop sur la question de l’emballage ?

Nicolas Dauve : De manière générale, utiliser des ressources renouvelables durables, concevoir et fabriquer mieux avec efficience, réutiliser les emballages et garantir un usage le plus sûr possible sont les enjeux choisis par Biocoop pour améliorer les emballages sur les prochaines années.
Par exemple, nous avons revu les emballages de nos pots de yaourt MDD avec nos 3 partenaires (Biochamps-JPS lait, La Lemance, Laiterie Pechalou). A la clef, 7 tonnes d’emballage en moins par an et une meilleure recyclabilité.

LA FEEF : Quelles attentes fortes des consommateurs voyez-vous ?

Nicolas Dauve : Après le vrac, les produits en emballages rechargeables, c’est au tour de la consigne pour réemploi de devenir une solution « Zéro Déchet » de plus pour nos consommateurs.
Si des magasins pratiquent déjà la consigne à l’échelle locale, nous souhaitons développer ce service à l’ensemble du réseau. 80 magasins sont déjà point de collecte et nous atteindrons 30% de magasins fin 2021, et 100% en 2023. Une première à cette échelle dans la distribution qui s’inscrit dans la volonté de Biocoop de sortir de l’emballage à usage unique, avec un objectif ambitieux d’ici 2 ans : permettre le réemploi de la totalité des emballages verre des produits MDD.

LA FEEF : Quel rôle joue les PME dans ce projet de réemploi ?

Nicolas Dauve : Evidemment la boucle du réemploi des emballages ne fonctionne qu’avec des emballages totalement conçus pour être réemployables : une bouteille standard apte au réemploi, une étiquette séparable au lavage, un bouchage totalement séparable. C’est ici que la collaboration débute avec nos partenaires. Jardin de l’Orbrie ou Maison Meneau ont été capable de réaliser des adaptations techniques pour nous proposer un pétillant de fruit et une limonade répondant à notre besoin en quelques mois.

LA FEEF : Quels sont les résultats de vente des nouveaux emballages ?

Nicolas Dauve : Nous pouvons dire que les résultats attendus sont au rendez-vous. Par exemple, sur une action simple de suppression des bouchons plastique de nos briques de lait, c’est plus de 20 tonnes d’emballages économisées par an et nous n’avons mesuré aucun impact négatif sur les ventes. C’est le signe positif que nos consommateurs sont prêts à renoncer à des éléments d’emballage qui ne répondent pas toujours à une fonction essentielle.
 

LA FEEF : Qu’attendez-vous des PME en matière d’emballage ?

Nicolas Dauve : La capacité d’adaptation est la force des PME. A nous de bien définir nos attentes en termes d’emballage. Pour aller plus loin sur certains sujets, nous devons également leur apporter un sourcing de solutions techniques d’emballage répondant à nos exigences environnementales et sécuritaires. Nos partenaires peuvent ainsi se concentrer sur l’étude des solutions emballages identifiés vis-à-vis de leur savoir sur le produit. Ainsi, nous arrivons à travailler ensemble des projets l’amélioration jusqu’à l’innovation de rupture.
 

Retrouver plus d’informations sur l’emballage chez Biocoop en consultant la page accueil fournisseur de Biocoop.fr .

Propos recueillis par Olivier Collet, Responsable Relation Distribution

> Retrouvez l’intégralité des articles dans le dernier N° de Passerelle, Spécial Emballage